LoMon +

Programme : 36 logements, parking et commerce
Localisation : Place de la Fraternité à Montreuil - 93
Phase : Concours 2018
Maîtrise d’Œuvre : sophie delhay architecte, Raphaëlle Hondelatte Architecte, Wagon Landscaping, Scoping
Maîtrise d’Ouvrage : Immobilière 3F
Surfaces, budget : 2 127 m² SHAB, 2 280 m² SP, 4 100 000 € HT
Certification : RT 2012 -30%, NF habitat HQE, Label E+C-

Le site du projet se développe en profondeur d’îlot, au cœur d’un éclectisme architectural qui a construit le charme et la vitalité de la ville de Montreuil.Il se dégage une séquence de trois climats contrastés naturellement induits par la configuration des lieux et qui se révèlent dans la profondeur. Chaque situation génère une morphologie de bâtiment adaptée et bioclimatique, dans une démarche environnementale efficiente. L’architecture créée un paysage plutôt qu’elle n’est consomme.
Le premier climat est urbain et dense, Place de la Fraternité. Deux immeubles maçonnés en R+4, l’un vertical, l’autre en gradin sont colonisés en leurs attiques par des « penthouses » métalliques qui annoncent une famille de maisons en cœur d’îlot. L’immeuble vertical s’ajuste parfaitement à l’immeuble mitoyen, l’immeuble gradin opère une transition d’échelle depuis la rue basse Arsène Chéneau vers la Place haute.
Une faille centrale toute hauteur s’interpose entre les deux bâtiments et les connecte. Elle offre une percée visuelle vers un jardin en cœur d’îlot.
Depuis l’espace piéton, le RDC est poreux. Les vitrines périphériques de 2 commerces animent le quartier. La vue file vers le jardin intérieur à travers les vitrines et la faille.
Un second climat ouvre sur un environnement paysager en cœur d’îlot qui contraste avec l’activité urbaine, dans un tissage végétal à l’adresse du voisinage : une placette minérale, plantée d’un bel arbre, introduit un jardin potager en pleine terre.
Filant le long du mur mitoyen, un balcon de desserte paysagé se développe, comme un connecteur de l’ensemble des climats en profondeur. Il articule le jardin central avec les espaces végétalisés voisins. Le balcon magnifie les vues sur les jardins environnants et mutualise les espaces vides.
Un dernier climat valorise le laniérage parcellaire en profondeur. La faible densité offre une ambiance domestique : une colonie de maisons en triplex se développe sur un RDC de logements. Les distances aux voisins sont optimisées. L’architecture est légère, métallique, découpée par les toitures. L’ensemble est bordé par une allée-jardin et un mur mitoyen végétalisé. L’accès au niveau des maisons se fait par le balcon-desserte.
Le projet valorise des qualités de l’habitat par une majorité de logements traversants et orientés au Sud ou Est/Ouest, prolongés par de belles terrasses privées ou des jardins de pleine terre en profondeur d’îlot. Chaque immeuble, selon sa configuration, appelle un type de circulation commune : côté rue, un seul nœud vertical mutualisé et des couloirs intérieurs réduits à minima. De confortables passerelles situées dans la faille centrale distribuent les deux immeubles et sont appropriables par leurs qualités spatiales. L’intimité des habitants est maitrisée, seules des cuisines donnent sur la passerelle distributive.
Un balcon-desserte distribue les maisons en triplex au R+1. Comme dans une maison individuelle, on accède au logement directement depuis l’extérieur, dans le prolongement du cheminement du grand jardin central. L’intimité des logements est préservée car la desserte est uniquement bordée de cuisines.
Une valeur d’usage est donnée aux circulations communes comme étant un lieu et de convivialité choisie. Par définition, la cuisine est le lieu de toutes les convivialités. Le projet multiplie et optimise les interfaces entre les cuisines et les circulations communes comme un outil d’appropriation et de sociabilité.
Des espaces paysagers partagés sont proposés : une placette centrale est à la croisée des parcours des habitants, un jardin potager en pleine terre peut être créé par les habitants ou bien ouvert aux habitants du quartier, dans la tradition Montreuilloise, ou encore un local vélo est transformable en salle des fêtes au service des habitants ou du quartier.
La force du projet est de rendre possible ce qui n’est souvent qu’une promesse, et propose plus que des logements collectif : il stimule un art de vivre ensemble à toutes les échelles : du foyer, de l’immeuble, de l’opération et du quartier.